La norme ISO 26000 par Gérard Gorgette et Michel Lacroix

Au cours de l'Assemblée Générale du 12 juillet dernier, Gérard Gorgette et Michel Lacroix, respectivement directeurs de Sipea Habitat (bailleur social) et RC2C (agence de communication),nous ont fait partager l'expérience qu'ils ont acquis de leur évaluation ISO 26000.

La principale différence par rapport à certaines normes, c’est que l’ISO 26000 n’est pas certifiable. L’audit vient évaluer la contribution au développement durable dans les méthodes de travail. Quatre niveaux d’évaluation sont possibles en fonction de la note sur 1000 attribuée par l’évaluateur :

  • 5. 0 à 300 : engagement
  • 6. 300 à 500 : progression
  • 7. 500 à 700 : maturité
  • 8. 700 à 1000 : exemplarité

Comme pour les autres normes, l’ISO 26000 a pour modèle la roue de Deming de l’amélioration continue (Plan, Do, Check, Act) : « Je planifie, J’agis, Je contrôle, Je réagis ».

Gérard GORGETTE est arrivé à la tête du bailleur social Sipea Habitat en 2007. Le groupe était principalement positionné sur l’écoconstruction. Il a décidé d’élargir la stratégie en optant pour un positionnement plus global sur le développement durable. Son projet stratégique repose sur la prise en compte de toutes les parties prenantes à travers l’innovation, le renforcement de son cœur de métier et le territoire.

Michel LACROIX a créé l’agence de communication RC2C en 1985 et a toujours chercher des méthodes de management, des outils pour une gestion pérenne de son entreprise. L’amélioration continue est un gage de progrès durable. L’ISO 26000 est venue concrétiser un engagement responsable, depuis longtemps insufflé dans l’entreprise.

Au-delà du diplôme, le rapport issu de l’évaluation guide sur les points que l’entreprise doit valoriser et améliorer autour des cinq principes fondamentaux :

  • Vision en termes de responsabilité sociétale et gouvernance ;
  • Intégration de la responsabilité sociétale et communication ;
  • Ressources humaines, relations et conditions de travail ;
  • Modes de production, de consommations durables et questions relatives aux consommateurs ;
  • Ancrage territorial : communautés et développement local.

Ces principes sont mesurables par des indicateurs sur les trois dimensions : sociale, environnementale et économique.

Cette norme, pour que les principes de la responsabilité sociétale prennent racines, doit intégrer l’ensemble des salariés : les 80 pour Sipea et les 20 pour RC2C. Ce n’est pas un doublon des autres normes (ISO 9001 pour la qualité + ISO 14001 pour l’environnement + OHSAS 18001 pour la santé et sécurité au travail). Elle évalue l’équilibre entre la pérennité de l’entreprise et les enjeux sociétaux. L’ISO 26000 est un langage commun. C’est une reconnaissance objective qui permet de crédibiliser sa démarche et d’appuyer sa différenciation. Il y a donc de forts enjeux de communication sur lesquels l’AFNOR n’est pas clair. Certains jouent sur l’image, surtout ceux qui peuvent investir sur la mise en place de la norme et les audits. Néanmoins, tricher demeure difficile car comme les deux membres de l’association le rappellent, pour réussir, l’intégralité des salariés doit être impliquée.

Pour Sipea, le projet de renouvellement urbain du quartier St Cyprien à Poitiers est l’exemple même de la réussite du développement durable. Pour RC2C, cet engagement confère à l’entreprise un fonctionnement durable qui implique l’ensemble des parties prenantes.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier si le visiteur est un humain.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.